03 84 46 13 85

Dossier de candidature 2020

Villes et Villages Fleuris
DOSSIER 2020 DE LA COMMUNE DE LUZE (70)

JPEG - 42.5 ko
Promenade le long de la Lizaine

EDITO de Monsieur le Maire

J’ai eu la lourde tâche de succéder en 2020 à Jacques ABRY, Maire émérite au palmarès impressionnant qui a eu l’immense privilège d’être l’un des rares édiles d’une petite commune à obtenir la 4ème fleur.

En complétant la fiche d’informations techniques qui accompagnera notre dossier de présentation, je me suis rendu compte de la grandeur du travail accompli.
Je ne citerai que quelques chiffres :
- 5 hectares de parcs et jardins, un hectare de jardin à vocation sociale et pédagogique, un hectare pour les abords d’établissements publics, un hectare d’espace sportif, 5 hectares de pelouse et couvre-sol,
- 5 km de voirie, une centaine d’arbres dans nos parcs et jardins, 80 massifs, une quarantaine de bacs et suspensions, 500 plantes annuelles, 600 plantes vivaces et 150 arbustes !

Ces chiffres donnent véritablement le tournis. Ils peuvent même faire peur lorsque l’on se rend compte du travail qu’il faudra accomplir pour espérer avoir le privilège de conserver nos 4 fleurs.

Cependant, l’ancien chef de file de nos bénévoles, monsieur Marc Davis est maintenant employé de notre commune.
Je ne doute pas qu’il va entraîner dans son sillage des personnes motivées qui poursuivront l’aventure.

La commune de Luze et ses habitants sont extrêmement fiers d’habiter dans un village magnifique.
J’adresse mes plus profonds remerciements et une grande reconnaissance aux membres de l’équipe actuelle de bénévoles mais également à tous ceux qui par le passé ont contribué à apporter leur fleur à ce magnifique édifice.

Le maire.
Éric Steib.

I. Fiche d’identité, présentation de la commune

I.1. Aspect géographique

Luze est une commune rurale située dans l’Est de la France, en région Franche-Comté, au Nord-Est du département de la Haute-Saône (70). A 10 km de Montbéliard (25) et 10 km de Belfort (90), elle jouxte la petite ville d’Héricourt (70) (10 000 habitants).

Le village est à l’altitude de 330 m, balayé par la bise. Il est traversé par une petite rivière, la Lizaine, qui quitte facilement son lit par temps de crue.
Le climat est continental avec des étés chauds et secs et des hivers froids et enneigés, quoique de moins en moins.

La commune s’étend sur 1069 ha dont 369 ha constituent le village et 700 ha des forêts et prairies. Située au sud du massif des Vosges, dans la trouée de Belfort, au versant Nord-Ouest d’une colline, le Mont Vaudois, Luze est sur une zone de changement de nature de terrain : marnes et calcaires à fossiles au sud-est, alluvions anciennes et modernes à l’emplacement du village, sables et argiles au nord-ouest, de même que grès bigarré et grès vosgien.


« photo extraite du site géoportail »

I.2. Aspect culturel


Le patrimoine architectural de Luze, peu important en quantité, est toutefois bien présent. Il s’agit enparticulier de la mairie et du temple situés l’un à côté de l’autre au coeur du village, des trois ponts de pierre enjambant la rivière qui traverse la village, nommée Lizaine, comme en témoigne le blason et des trois fontaines.

La mairie est installée dans l’un des deux anciens pavillons de chasse des Ducs de Wurtemberg qui entourent le temple. Ces deux bâtisses datent de 1760.
Le temple est le seul édifice religieux du village. Il s’inscrit dans l’important courant de construction ou reconstruction d’églises protestantes dans le secteur, durant la deuxième moitié du XIXe siècle. Avec son clocher à toit plat, il fut construit en 1864-1865, sur les plans de l’architecte Colard.

Du temps passé à Luze, il reste quelques autres témoignages :
- Quelques vieilles fermes dans la rue du Passeur,
- L’ancienne laiterie, rue de la Côtelotte,
- L’ancienne épicerie « La Fraternelle » dont le nom est gravé sur son fronton, rue du Passeur

La fontaine du centre du village a été construite en 1895-96. A l’origine, c’était une fontaine couverte.
Fontaine du milieu du village
Les fontaines du bas et du haut du village sont plus anciennes. Leurs bassins en pierre de taille ont été réparés en 1873, puis remplacés par des bassins en fonte en 1909.

Fontaine du bas du village - rue du passeur

Fontaine du haut du village - rue de la cotelotte

Luze est également le berceau d’un inventeur méconnu, Pierre Carmien.
Photo de Pierre Carmien
Entre 1855 et 1906, il prendra 61 brevets pour des inventions nées de son esprit fertile, dont un piano à écrire, une machine à coudre à navette à pédale, une montre à remontoir, le tire-bouchon à hélice, un étau inclinable en tous sens, un gaz qui porte son nom … et surtout le fameux roulement à billes pour bicyclette à roue libre.

Pierre CARMIEN (1834 - 1907) inventeur à l’esprit fécond est né à LUZE le 13 Juin 1834.

Lire l’enquête réalisée par Madame Arlette BUHLER de LUZE d’après les archives de la famille de Monsieur Pierre CARMIEN, présente sur le site de la commune .

I.3. Aspect économique et social

Luze compte 8 03 habitants, avec une population variée, pour une part, native du village, ancienne ou vieillissante et d’autre part, une population nouvelle, jeune, sans cesse renouvelée.
L’emploi est assez diversifié :

- employés du secteur industriel (Automobiles Peugeot, General Electric ...)
- quelques artisans, enseignants et professions libérales : bureau d’études, ingénierie des bâtiments, terrassement, ébénisterie, infirmier ...
- une douzaine d’aides maternelles, preuve d’une population en cours de rajeunissement, avec un turn-over assez important. Une MAM (Maison d’Assistantes Maternelles) s’ouvrira en septembre 2020.
- des retraités
- deux agriculteurs qui élèvent des vaches laitières.

Le gîte « Le Hameau de Maturomont » propose des chambres d’hôte et sur réservation, des repas pour des groupes de plus de 10 personnes.
Le poney-Club « Le Galopin » est labellisé la Fédération Française d’Equitation.

L’école compte une classe maternelle et deux classes primaires. Afin de pouvoir consolider les trois classes du village, la municipalité a lancé un projet de construction de 45 pavillons sur les Terrasses du Mont Vaudois et le Domaine de Montfaucon. Actuellement, ce sont 28 maisons qui sont construites et habitées.

- Onze associations locales actives maintiennent le lien social et le dynamisme au village. Le site internet du village les présente :

- La dernière née est l’association Les chouettes vergers Luzois qui rassemble des personnes passionnées par la connaissance, la transmission, la préservation, l’entretien, la valorisation et la promotion du patrimoine fruitier.
L’action de l’association concerne le patrimoine fruitier au sens large, incluant les vergers de plein champ et pavillonnaire, mais aussi l’ensemble des pratiques associées à la culture et la transformation des fruits, les espèces sauvages ou cultivées associées ainsi que la relation de l’homme avec la nature et les ressources naturelles. Mais son action de base restera la gestion du verger communal situé au dessus du nouveau lotissement « Les terrasses du Mont Vaudois ».

Inauguration des ’’chouettes vergers luzois’’

II. Présentation du projet municipal

- II.1. Les motivations pour le maintien du label

  • Parce que nous avons obtenu ce label et voulons continuer à l’arborer
  • Parce que c’est un honneur de porter ce label, nous en sommes fiers et nous voulons poursuivre.
  • Parce qu’il valorise notre travail déjà réalisé et valorisera notre volonté de poursuivre.
  • Parce que c’est aider les gens, villageois ou touristes de passage, à prendre conscience de l’importance de l’environnement et du cadre de vie, c’est les rendre mieux observateurs de la nature et les sensibiliser.
  • Parce qu’au cours de ces années de label, on observe un effort de fleurissement de la part des particuliers.
  • Parce que, dans l’aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt, riche de nombreux sites de visites touristiques (sites industriels, musée Peugeot, fortifications (Mont-Vaudois, Mont-Bart, Citadelle de Belfort et son lion, autres forts), coeurs de ville, Luze offre ainsi, avec ce label, un but de ’’ visite verte ’’.

Depuis 2014, le label « Villes et Villages Fleuris » est sans conteste une carte de visite forte pour Luze.
Dans la région d’Héricourt, Luze est un village très demandé. Depuis la dernière visite du jury (2017), un lotissement de 28 maisons a vu le jour et un deuxième lotissement est en cours de création.
Le cadre naturel du village, vallon où serpente le rivière Lizaine, entouré de collines arborées dont le Mont-Vaudois, mérite d’être valorisé et connu.
Le label aide à la promotion du village et le village fait la promotion du label.
Nous voulons les mettre à l’honneur tous les deux, village et label.

- II.2. Les objectifs de la démarche et stratégies mises en oeuvre

Les objectifs rejoignent les motivations.
- Nous voulons à travers le label et le village sensibiliser la population ou les personnes de passage à l’importance du cadre de vie, à la sérénité qu’il peut s’en dégager quand il est entretenu et valorisé, à la nécessité d’en prendre soin.
- Nous voulons offrir aux touristes un but de visite, d’autant que nous sommes dans une région où la pratique du cyclisme est forte (La Planche des Belles Filles, nouvelle étape attendue du tour de France est à une trentaine de kilomètres !) et que des chemins de grande randonnée traversent le village.

Le village est par exemple traversé par le chemin de grande randonnée GR5 et le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, qui empruntent le sentier le long de la Lizaine. D’autres circuits locaux sont également balisés.
Une nouvelle piste cyclable reliant Luze à Héricourt a été créée.
Le village est traversé par la Boucle cyclable n°9 des Portes du Lion (23 km), répertoriée parmi les « circuits à vélo » proposés dans les offices de tourisme et cité dans de nombreux sites Internet promouvant le tourisme en Haute-Saône et le cyclotourisme.
Luze, situé au pied de la colline du Mont-Vaudois (commune de Héricourt) abrite le « Fort Broussier », un des nombreux forts de la « barrière de fer » de l’Est, construit sur les plans de Séré de Rivière en 1874. Remarquablement rénové, il attire de nombreux touristes pour sa fête du pain en mai, qui remet en fonction les fours de la cuisine, ou les journées du patrimoine en septembre. On peut le visiter de mai à octobre et depuis son site, embrasser des yeux un très joli panorama.

Tous les aménagements paysagers créés ou prévus visent à :
• préserver et accentuer ce caractère verdoyant et naturel,
• mettre en valeur les aménagements sportifs et ’’urbains ’’ du village : aire de jeux ou de repos, stades, boulodrome rénové.
• faire oublier la route départementale très fréquentée, qui traverse le village de part en part,
• apporter de la modernité dans la taille des arbustes et leur mise en œuvre,
• inciter chacun à avoir une attitude respectueuse de l’environnement.
Nous voulons aussi continuer à développer le lien social qui naît de ce travail d’aménagement de notre village.

- Notre stratégie de mise en œuvre est simple :
- • Adapter nos réalisations à nos moyens financiers et humains
- • Pouvoir pérenniser nos efforts
- • Continuer à conserver le caractère rural du village tout en maintenant et améliorant ses infrastructures de cadre de vie agréables, jeux, bancs, terrains de sport ...
- • Etre économe en eau et continuer à ne pas utiliser de désherbants chimiques.
- • Optimiser la répartition du travail des employés communaux (un titulaire et un employé en contrat aidé court) entre temps consacré aux espaces verts et temps consacré aux autres tâches dans la commune : station d’épuration, fossés, diverses réparations, travaux divers, propreté ...

- Les besoins sont identifiés par l’employé communal, le Conseil Municipal, en lien avec d’éventuelles demandes de la part d’habitants, les bénévoles et Monsieur le Maire.

- Les achats sont faits chez nos fournisseurs locaux : GAEC Anagallis de Lyoffans et Horticulture Drezet de Bethoncourt.

L’employé communal pratique la taille des arbustes et arbres et les met en forme.
Il s’occupe de l’entretien des massifs, avec l’aide ponctuelle des bénévoles pour un désherbage manuel.
Il remet en forme les massifs, en crée de nouveaux, déplante, plante, replante et réarrange les végétaux.
C’est lui qui arrose, avec un tracteur tirant une bonbonne d’eau.
Il n’y a pas dans la commune un service spécifiquement dédié aux espaces verts. On ne peut pas parler de ’’transversalité des services’’, les deux employés communaux s’occupant de tout, en gérant au mieux les priorités (tonte, taille, arrosage, propreté du village) !

Au niveau des espaces verts à proprement dit, l’objectif est d’améliorer les massifs en choisissant mieux encore, des plantes qui supportent le manque d’eau et qui soient plus variées, remplaçant les annuelles, au mieux toute l’année, en restant toujours dans le naturel.

Les changements forts de ces dernières années se situent principalement dans la tonte, qui est pratiquée de façon plus raisonnée et débute plus tard en saison, de sorte à permettre à garder l’écosystème nécessaire pour préserver la biodiversité végétale et animale. Par exemple, en plusieurs fois au printemps,
on laisse les tapis de pâquerettes fourmiller d’insectes !
Nous avons de même apporté un soin particulier à préserver les berges de la rivière.

Le printemps ...
… avec une station naturelle de jonquilles

L’été ...
… et accueil de touristes

III. Acteurs et ressources mobilisés

- III. 1. Ressources humaines

Les ressources humaines se résument à un effectif réduit :
l’employé communal titulaire et un jeune en contrat court ainsi qu’une petite demi-douzaine de bénévoles. Dans le Conseil Municipal, la commission ’’fleurissement et environnement’’ compte 4 élus et Monsieur le Maire.

L’équipe des bénévoles s’est réduite de moitié depuis 2017, pour raison de santé. Les anciens bénévoles sont devenus âgés et ont des problèmes de dos, ce qui réduit la main d’oeuvre disponible pour le désherbage. Mais certains restent encore présents pour d’autres tâches : prise de photos, ’’secrétariat’’, lien social, recherche de plantes et d’idées… Une relance de nouveaux bénévoles sera faite.

L’employé communal, ex-bénévole et professionnel des arbres, porte sur ses épaules l’aménagement et l’entretien des espaces verts. Il s’occupe des commandes, des achats, des projets, des plantations, de la création, réfection et entretien des massifs en lien avec les bénévoles qu’il sollicite pour les désherbages ponctuels manuels, les échanges d’idées et les décorations au fil des fêtes du calendrier.

- III.2. Ressources budgétaires
En investissement, elles sont de 8000 euros. L’achat d’un gros tracteur en fait partie.

En fonctionnement, elles sont de 2800 euros, dont 2500 euros environ est réservé à l’achat de plantes.

IV. Animation et promotion de la démarche

Les actions qui permettent de sensibiliser et de mobiliser les habitants ne sont pas gigantesques. Elles sont à la mesure de notre village.
Elles passent par exemple par
- • les trois jardins des écoliers qui jouxtent l’école et son parking qu’ils n’ont de cesse de présenter fièrement à leurs parents.
- • le site internet de Luze tenu à jour par un villageois.

Dans la rubrique « village fleuri ». https://www.luze70.com/la-mairie/village-fleuri/article/printemps-2020-decouvrez-les-massifs, on peut y lire par exemple :PRINTEMPS 2020, DÉCOUVREZ LES MASSIFS

- • En 2018, nous avons organisé une visite grand public faite par la Société d’Histoire Naturelle du Pays de Montbéliard (SHNPM) à propos de la biodiversité végétale du village de Luze. Le compte-rendu figure dans l’annexe en fin de facicule.
- • Luze est présent dans le Guide touristique ’’ La Route des Communes’’]], où son label « 4 fleurs » est mis en exergue.
- • Luze est cité dans plusieurs sites officiels de Haute-Saône et attire randonneurs et promeneurs, voire automobilistes, qui nous félicitent pour la beauté du village. Les touristes trouveront à Luze des chambres d’hôte dans une fermette rénovée, coquette et tranquille, le ‘’Hameau de Maturomont’’.
Certains camping-car passent quelques nuitées sur le parking de la maison du Temps libre ou celui de l’école.
- • Nous avons également des liens étroits et réguliers avec la Presse Locale, qui relaye toutes les manifestations se déroulant à Luze
- • Le Comité des fêtes réfléchit à la relance de la grande et renommée manifestation du village  : la foire aux pommes, qui n’a pas eu lieu ces trois dernières années, qui sera l’occasion de mettre en valeur notre patrimoine fruitier aussi et le label.
- • Une exposition photos a été présentée à la Maison du Temps Libre.

V. Mise en oeuvre

- V.1. Le patrimoine végétal et le fleurissement

- • Démarche globale d’embellissement par le végétal
Elle consiste en l’utilisation toujours grandissante de vivaces, arbustes et arbres, alliée à l’utilisation raisonnée d’annuelles pour la couleur.
Pour les vivaces, nous jouons sur les couleurs de feuillage et de fleurs, les périodes de floraison, les hauteurs, afin d’obtenir une belle esthétique tout au long de l’année.
Dans les endroits bitumés, nous avons disposé des contenants avec des arbustes, que nous pouvons décorer au fil du calendrier.

Notre trame pérenne se compose de :
- • une centaine d’arbres et arbustes
- • 80 massifs de pleine terre dont près de la moitié sont en bordure de voirie. Tous comptent des plantes et arbustes vivaces intéressants autant par leur feuillage que leur floraison étalée dans le temps.
- • une vingtaine de contenants en bois ou pierre et de pots placés au sol, mêlant entre autres vivaces basses et charmilles.

- Voici les espèces d’arbres présentes :
- • liquidambar gumball, liquidambar styraciflua, liquidambar golden
- • érables :acer flamingo, acer Crypson King, acer saccharinum wieri, acer autumn blaze, acer fireglow, acer platanoïdès, acer dissectum garnet, acer campestre
- • gleditsia sunburs
- • parrotia persica,
- • saule : salix tortueux, salix babylonica, différents saules à osier,
- • tilleul platifilos argentea, tilleul platifilos henryana
- • charme : carpinus betulus, carpinus fastigiata
- • catalpa boule
- • hêtre
- • prunus : prunus pissardi, prunus pleureur subhirtella, prunus pleureur kiku shidare
- • cèdre : cèdre déodora jaune, cèdre déodora bleu
- • pommier à fleurs : malus profusion et deux autres variétés
- • frêne : fraxinus
- • acacia : robinia
- • aulne : aulnus glutinosa
- • noyer
- • châtaignier
- • chêne : quercus
- • houx
- • sorbier des oiseaux
- • tulipier
- • cornus Kousa
- • ulmus

- Voici les espèces d’arbustes présentes :
- • cotinus variés (young lady, ...)
- • saule crevette
- • potentilles variées
- • spirées naines et hautes variées
- • berberis nains
- • pins nains et autres petits conifères
- • deutzias nains et hauts
- • seringats nains et hauts
- • viburnums variés (mariesii, Eskimo …)
- • kolkwitzia maradco
- • perovskia
- • caryopteris
- • caragana pendula
- • hydrangea paniculata, macrophylla, arborescens,
- • forsythias nains et hauts (marée d’or, Golden Times, …
- • cognassier
- • cercis avandale
- • rosiers variés
- • fusains variés
- • buis
- • photinias
- • mahonias
- • buddleias
- • cornouillers,
- • amélanchiers
- • etc ...

- Les fleurs vivaces sont principalement des valérianes, gauras, coreopsis, sauges variées, verveines de Buenos-Aire, géraniums variés, hostas variés, fougères, asters, hémérocalles, rudbekias, iris, chardons, kniphofias, lupins, euphorbes, lavandes variées, tradescantias, acanthe etc … ainsi que des bulbes (perce-neige, jonquilles, narcisses, tulipes, muscaris etc …) et des alyssums, corbeille d’or et d’argent, sedums variés, delosperma, pavots variés, heuchères variées … et des graminées.
Un massif imposant ne contient d’ailleurs que des graminées.

- Les annuelles sont ajoutées dans les massifs et dans les contenants. Ce sont principalement des géraniums variés, cléomes, pétunias, ipomées, cosmos, coreopsis annuels, delphiniums annuels, amaranthe, helicrysums, pourpiers, plectantrus ...
D’autre part, l’été, une vingtaine de jardinières de géraniums garnissent spécifiquement les rebords de fenêtres de la mairie et une barrière, en cœur de village.
L’automne, les pensées, les cinéraires et les bruyères, parfois les chrysanthèmes prennent la relève.

- L’effort de cette année s’est porté sur une variété plus riche de vivaces hautes ou moyennes à floraison d’été comme les campanules, les achillées, les monardes, les stokéas nouvellement plantées, les crocosmias et de nouveaux asters pour l’automne.

- Techniques d’entretien du patrimoine végétal
- • Elles sont classiques : remise d’engrais à l’automne et au printemps, réajustements de terre, avec parfois addition de copeaux de bois pour préserver l’humidité et empêcher les herbes indésirables de pousser. Cette année, sur un massif, en expérimental, nous avons mis du pouzzolane.
- • Le désherbage est exclusivement manuel.
- • Les hydrangea paniculata des bords de route seront ôtés car ils ne supportent pas le manque de terre et la chaleur dans ces endroits.

- L’arrosage est également partout manuel, à l’arrosoir autour de la mairie ou avec le tracteur et la cuve. Aucun arrosage automatisé n’existe, ni n’est envisagé car les lieux ne s’y prêtent pas.
- Les engrais sont utilisés en quantité raisonnée.

- Pour ce qui est de la taille, les floraisons printanières sont taillées de suite après la floraison, mais les floraisons estivales, les bois décoratifs, les conifères et arbres sont taillés en fin d’hiver. Ainsi nous profitons des beaux rameaux avec neige et givre parfois. On ne taille pas en automne à cause des fortes gelées d’hiver possibles.

- A l’échelle de l’ensemble de la commune, la stratégie de fleurissement et sa mise en œuvre dans les différents lieu consiste en un suivi et une amélioration réguliers.
C- ette année, trois nouveaux massifs de vivaces ont été créés, en remplacement de cornouillers défectueux à proximité des terrains de sport et de la salle des fêtes.
- Un nouveau massif type ’’bordure’’ de vivaces a été également créé à l’intérieur du cimetière.
- Trois massifs ont été agrandis. D’autres seront plus tard améliorés.
- La station de renouée du Japon qui s’implantait près de la rivière a été détruite.

- V. 2. Gestion environnementale des espaces verts

Compte-tenu des ressources humaines et financières, la commune a des priorités et des projets échelonnés dans le temps, comme dit précédemment.
Du point de vue environnemental, il est à noter qu’il n’y a aucun intrant désherbant, le désherbage est uniquement manuel.
Quand des traitements sont nécessaires tels que traitement contre les chenilles sur les buis et les pins, le traitement est fait avec un produit bio. On ne traite rien d’autre.
L’eau provient d’une part de la récupération de l’eau de pluie du toit du temple (pour le cœur du village) et d’autre part d’une source qui appartient à la commune. Rien n’est puisé dans la rivière ni ne provient du réseau d’eau.
L’herbe de tonte est utilisée lors des nouvelles plantations et étendue sous les arbres.

- V. 3. Qualité du cadre de vie et de l’espace public

- Il n’y a pas de publicité dans le village.
Qu’ils concernent les sports, les loisirs ou la sécurité, les aménagements sont esthétiquement bien intégrés dans le paysage :
- • le stade, le boulodrome et le terrain multisports, au coeur du village ont été entièrement rénovés en 2019, sol remis à niveau et en état.
- • L’aire de jeux pour les enfants sera refaite à neuf avant la fin de cette année 2020. Les devis sont connus.
- • Les lampadaires ont été modifiés, équipés en LED pour économie. Ils s’éteignent le soir à
23 h et reprennent le matin vers 6 h.
- • Nous avons le projet d’ajouter des bancs en pierre le long de la Lizaine pour les pécheurs ou les marcheurs, au cimetière où le cadre s’y prête, ainsi qu’à l’extérieur de l’école près des massifs et des arbres façonnés en tonnelle et en plateau.
- • Sur tous les espaces jeux (foot, boule, aire-enfants …), un mégotier et une poubelle verte en métal destinée au verre ont été ajoutés à côté des poubelles en bois et des bancs. Il en sera installé aussi dans les abribus.
- • Des noues ont été faites au-dessus des nouveaux lotissements pour préserver les nouvelles constructions lors de fortes pluies mais aussi préserver d’anciennes maisons d’inondations souvent répétées. Des gros tuyaux ont été changés pour un diamètre plus gros.
- • Une partie des routes goudronnées ont été refaites.
- • Les réseaux électriques dans le coeur de village sont enfouis. Actuellement arrive la fibre optique.

- Dans le cadre scolaire, les enfants continuent d’être sensibilisés à la propreté avec une opération de ramassage de détritus sur la voie publique une fois par an.

- Du point de vue des associations, il est à noter que :
- • Les jeunes de l’association ’’ The Young Dynamic’s’’ procèdent actuellement à la construction d’une cabane à livres qui sera installée au centre du village.
- • Haute lizaine Pays d’Héricourt, club de football intercommunal, a vu en trois ans son effectif passer de 300 à 400 adhérents, ses équipes de 20 à 23 et l’équipe fanion évolue désormais en LR2 et non plus en LR3.

Rédaction et réalisation : Marie-Claire Gottardi
Photos : Alain Albert, Marie-Claire Gottardi, Marco Davis
Adaptation pour le site : Pierre Abry

Précisions : pour des raisons techniques, toutes les photos du document original ne figurent pas sur cette page.