03 84 46 13 85

L’histoire du garde champêtre

La police rurale est très ancienne puisqu’elle remonte au moyen âge avec son premier représentant : le garde champêtre.

C’est en 1369 que le roi Charles V a créé le premier garde rural qui avait pour mission de surveiller les récoltes et les moissons. Sa fonction s’étend au « droit exclusif de chasser » en 1669, sous Louis XIV.

A cette époque, les gardes champêtres sont poussés par leurs maîtres à exercer une police impitoyable envers les braconniers et deviennent rapidement impopulaires.

En 1789, à la disparition du système féodal, le droit exclusif de chasse est aboli. Le monde rural découvre une grande liberté qui se traduira par de nombreux abus.

C’est ainsi qu’en 1790, une loi réintroduit une surveillance des campagnes par les gardes communaux

Les communes reçoivent la lourde tâche de recruter des gardes, mais ces derniers sont sans pouvoir réel. C’est en 1791 qu’est véritablement instauré le corps des gardes champêtres avec des critères de recrutement bien précis. Ils deviennent alors agents de la force publique. Homme à tout faire, mal rémunéré, le recrutement s’avère difficile.

A partir de 1820, une certaine stabilité s’instaure dans la fonction de garde champêtre. Il est coiffé d’un képi et il est doté d’un fusil ou d’un pistolet. Le code d’instruction criminelle, dans son article 16, le classe au rang d’officier de police judiciaire.

En 1958, la disparition du code d’instruction criminelle au profit du code de procédure pénale lui fait perdre sa qualité de police judiciaire. Depuis cette date, la fonction n’est plus obligatoire dans les communes, ce qui va provoquer la lente disparition du garde champêtre.
(extrait de Danjoutin info)

Les derniers gardes champêtres de LUZE furent :

  • Monsieur Eugène POCHARD,
  • Monsieur Paul RIBLET,
  • Monsieur René HURST.

Leur rôle était d’informer les habitants du village des décisions municipales concernant la population.

Restent à la Mairie, le képi et le tambour, en souvenir du garde champêtre.